Comprendre le processus de démembrement au sein d’une SCPI

Acquérir des parts en SCPI peut se faire de différentes manières. À part l’investissement au comptant, à crédit et via un contrat d’assurance-vie, vous pouvez également acheter des parts en SCPI en ayant recours au démembrement. Cet article vous explique les options probables du démembrement dans une SCPI.

 

Comment se passe le démembrement dans une SCPI ?

 

Le démembrement dans une SCPI est réalisé sur les parts immobiliers de la SCPI en deux secteurs distincts : la nue-propriété et l’usufruit. Cette répartition se fait en estimant la valeur de chacune de ces deux parts. La plupart des SCPI européens proposent un démembrement en SCPI entre 5 à 10 ans. Toutefois, certaines sociétés de gestion veulent se différencier du lot et optent pour un démembrement entre 3 à 15 ans. Concernant la clé de répartition, elle peut varier d’une SCPI à une autre. En général, sur un contrat en SCPI qui dure 10 ans, la nue-propriété représente 63 à 70 % des parts et le reste correspond à l’usufruit.

 

Qui peut investir dans une nue-propriété en SCPI ?

 

Le fait d’investir dans un bien immobilier sans percevoir de rente immédiate n’est avantageux que pour certains statuts d’investisseurs. Cette option s’adresse surtout aux foyers à valeur d’imposition considérable. En effet, la nue-propriété suite à un contrat de démembrement en SCPI permet aux investisseurs fortement imposés d’éviter l’ISF durant la période le l’investissement. C’est donc une méthode efficace pour obtenir un patrimoine immobilier sans être contraint à payer des taxes. Ce type d’investissement est aussi bénéfique pour les investisseurs moyennement imposés étant donné le pourcentage qu’il représente sur la valeur réelle du bien en fin de contrat. En vous privant d’un revenu pendant 10 ans, il est assez normal que votre investissement vous rapporte des sommes considérables.

 

Qui peut investir dans l’usufruit en SCPI ?

 

A la différence de la nue-propriété, un investissement en usufruit vous permet de percevoir des revenus durant la durée du contrat. Si vous êtes un investisseur faiblement imposé, ce type d’investissement vous conviendrait pour sûr. L’usufruit convient également aux investisseurs qui bénéficient d’un déficit foncier non reportable sur leurs revenus globaux.

 

Qu’en est-il de la fiscalité ?

 

Les dispositifs fiscaux liés au démembrement en SCPI dépendent du statut des parts pris en considération : nue-propriété ou usufruit. Pour le cas de l’usufruit, les revenus perçus sont imposés aux impôts sur les revenus fonciers. Un nu-propriétaire quant à lui peut jouir d’un investissement sans contrainte fiscale tout au long de son placement au sein de la SCPI.

Pour voir d’autres articles sur la SCPI en démembrement, n’hésitez pas à visiter ce site http://demembrement-magazine.fr/.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *